La pierre d’alun : pour quoi faire ?

pierre d'alun

Je vous parlais vaguement dans un précédent article de la pierre d’alun. Suite à quelques réactions mais aussi suite à quelques réflexions que je me suis faites, je vais vous en dire un peu plus sur ce minéral naturel.

Les minéraux naturel de la pierre d’alun

narta

 

Il paraîtrait que l’utilisation de cette pierre était déjà connue des romains, mais de nos jours elle peut même être synthétisée. On la trouve alors dans des déodorants de la marque Sanex, ou encore Narta.

Il suffit de l’humidifier un peu et au contact de l’eau, la pierre d’alun libère des oxydes et des hydroxydes d’aluminium qui sont normalement inertes. Un peu partout sur internet, on peut trouver de grandes interrogations de la part de ses détracteurs : la pierre d’alun est-elle dangereuse ? Pourtant, aucun renseignement toxicologique ni restriction d’utilisation ne concerne ce produit. Ils sont donc autorisés en cosmétologie.
La plus grande interrogation était au sujet de l’aluminium qu’elle contient. Mais d’après la dizaine de sites que j’ai pu consulter, sa forme ne permet pas l’absorption par la peau, contrairement aux autres aluminiums contenus dans certains déodorants.

Son principal avantage est de neutraliser la transpiration en empêchant la fermentation et la prolifération des bactéries. On peut alors la trouver sous ces différentes formes :

A vous maintenant de faire votre choix !

EDIT du 19 avril 2012 : d’après un ami, la pierre d’alun s’écrit chimiquement : KAl(SO4)2, 12 H2O, C’est du sulfate d’aluminium et potassium, donc il contient forcement de l’aluminium… D’après certains sites internet il serait inerte et donc impropre à pénétrer par les pores de la peau, pour d’autres sites il serait formellement dangereux. Je ne sais quoi penser…

Anaïs

Jeune professeur des écoles de 24 ans, j'aime avant tout parler de ce qui me passionne à savoir, mon métier, la littérature, le cinéma, les voyages, la bonne bouffe, et le trio mode/beauté/déco. Tout cela passe par l'écriture, que j'aime pratiquer abondamment. Les tribulations d’Anaïs