Prendre soin de sa peau avec Couleur Caramel, une marque bio

Vous vous en rendrez compte assez vite, je fais toujours très attention à utiliser des cosmétiques bio. Après avoir testé les vernis à ongle bio (pas une très grande réussite), je reste fidèle à tous les autres produits pour le visage et le corps.

Couleur Caramel, la marque des produits bio

Aujourd’hui je vous présente une marque que j’affectionne particulièrement : Couleur Caramel.
Déjà j’adore le packaging très naturel de cette marque. La plupart des articles de la marque ont leur emballage en carton. Pratiquement aucun plastique d’origine fossile n’est utilisé car sa production est très polluante. Tout le carton utilisé pour les étuis est produit par la société suédoise Frövy dont le programme de reboisement assure le maintien du parc forestier et utilise des méthodes de production non polluante. Certains produits sont même en format rechargeable.

couleur caramel

Je possède la Terre Caramel 100% d’ingrédients naturels n°208. C’est une poudre libre à appliquer au gros pinceau. Il faut savoir que je suis entièrement réfractaire aux fonds de teint et autres poudres. Tout ce que je me maquille sont les yeux et parfois la bouche tous les 36 du mois ! Cette poudre donne vraiment bonne mine de manière discrète à condition de ne pas trop en mettre ! Ce petit flacon est vraiment économique ! Et surtout, cette poudre ne laisse pas de petits boutons disgracieux même après plusieurs jours d’utilisation.

produit couleur caramelEnsuite, il faut bien évidemment passer au démaquillage. Et là j’utilise l’huile d’amande douce Bio pour le visage et l’hydrolat de rose Bio pour les yeux. Ils sont doux, respectueux de la peau, efficace et BIO !
Que demander de plus ?

huile d'amande douce Bio




Anaïs

Jeune professeur des écoles de 24 ans, j'aime avant tout parler de ce qui me passionne à savoir, mon métier, la littérature, le cinéma, les voyages, la bonne bouffe, et le trio mode/beauté/déco. Tout cela passe par l'écriture, que j'aime pratiquer abondamment. Les tribulations d’Anaïs