Difficultés à tomber enceinte: comment garder le sourire quand le ventre refuse de s’arrondir?

être maman

Je connais fort peu de femmes qui ne rêvent pas d’avoir un enfant.

Qui, très honnêtement, peut prétendre ne pas s’être projetée un jour dans un hypothétique avenir avec un ventre rond, une chambre d’enfant à préparer, des biberons plein la cuisine ? Qui peut dire « je n’ai jamais envisagé d’être mère »? Et sur toutes ces femmes, qui par ailleurs, feraient sans doute d’excellentes mères quoiqu’en disent les mauvaises langues, combien désespèrent de tomber un jour enceinte ?

Tomber un jour enceinte

Qui dit infertilité dit souvent traitements, essais en tous genres… mais aussi, de nombreux échecs et tout autant de déceptions. Entre déprime et colère, il devient alors extrêmement difficile de rester souriante et surtout, de ne pas avoir uniquement ce sujet à la bouche. On voudrait parler bébé, penser bébé, pleurer bébé, rire bébé, chanter bébé, mais très vite, même les frères, les soeurs et les meilleures amies disparaissent, las d’entendre constamment parler de la même chose et un peu gênés aussi de ne pouvoir aider.

Attention, je ne vous dis pas de ne plus en parler. Mais seulement d’ouvrir les yeux sur le monde qui vous entoure. Ce n’est pas parce que vous n’avez pas d’enfant maintenant que vous n’en aurez pas plus tard, et vous savez ce qu’on dit: c’est souvent en n’y pensant plus que ça finit par arriver. Facile à dire? Je suis d’accord. Mais est-ce que ça n’est pas plus facile que devoir vivre comme un zombie en se demandant si le lendemain vaut la peine d’être vécu?

Cela dit je vous comprends. Tout comme je comprends l’étau qui vous serre le coeur à chaque fois qu’on vous annonce une grossesse ou que vous croisez une amie accompagnée de son bébé. Je comprends aussi ce sentiment d’injustice, cette tristesse qui vous étreint à chaque instant. Mais vous le savez aussi bien que moi, si vous montrez ouvertement à des futurs parents ou des parents tout court que vous ne vous réjouissez pas totalement pour eux, ils ne chercheront pas à comprendre, tout simplement parce qu’ils ne peuvent pas comprendre.  Et il y a fort à parier qu’ils vous fuient.

Sourire quand on a le coeur à pleurer, c’est dur.

C’est comme un clown triste: on sait qu’il fait ce qu’il peut, mais on n’a pas envie de l’applaudir parce qu’il nous transmet son chagrin et qu’au lieu de prêter attention à sa douleur, on lui en veut de nous l’imposer. Alors le clown triste ravale ses larmes, il garde sa peine pour lui.

Ce n’est pas une solution. Mon conseil ? Allez voir quelqu’un qui ne vous jugera pas, quelqu’un qui sera là justement pour vous écouter et mieux encore, pour vous aider. Un psychologue, une thérapeute… Ces gens sont là pour ça, et aller les voir n’est pas une preuve de faiblesse ou de folie. On a tous le droit de souffrir.

Et surtout, surtout, même si vous n’y pensez pas tous les jours, dites vous qu’on a tous le droit au bonheur: si vous devez être mère, ça se fera, peu importe quand mais ça se fera. Courage!

Écrit par
Plus de mariegrousset

Enceinte : comment gérer la jalousie des proches ?

Un enfant qui arrive, un bonne nouvelle… pas pour tous ?! Un...
Lire plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *