L’ homéopathie n’a jamais tué personne

Sujette à controverse depuis son apparition au XVIIIème siècle, l’homéopathie a trouvé en France un large public de partisans. On estime qu’environ 40% des descendants de Charlemagne ont recours au moins occasionnellement à l’homéopathie. En effet, lassés des médicaments chimiques et exaspérés par les scandales de l’industrie pharmaceutique, beaucoup se sentent attirés par cette médecine douce et naturelle. Si le débat sur son efficacité divise les scientifiques, vous êtes également nombreux à vous interroger, alors tâchons d’y voir un peu plus clair.

L’homéopathie pour les nuls

Si l’on devait expliquer l’homéopathie en quelques mots, on dirait qu’il s’agit d’une médecine douce, utilisant des extraits de plantes, minéraux et autres composants naturels, qui sont ensuite dilués plusieurs fois de suite dans un solvant (eau ou alcool).

Dans la solution finale, il ne reste qu’une infime part du composant de départ (par exemple : 1 goutte pour 1 000 000 de gouttes de solvant).

Enfin, le produit est généralement commercialisé sous forme de granules. L’arnica est par exemple, un des plus célèbres médicaments homéopathiques.

Mais l’homéopathie repose sur un autre principe de base, appelé « similitude ». Et c’est justement un des points clé du débat. Cette théorie propose de soigner une maladie par une substance provoquant les mêmes symptômes que cette même maladie. Vous me suivez toujours ?

Pour simplifier, on utilisera le célèbre adage « soigner le mal par le mal ».

Enfin, les homéopathes insistent sur l’individualisation du traitement. Pour chaque patient, une étude approfondie des symptômes est nécessaire afin de prescrire les soins adaptés.

Ce que vous apporte l’homéopathie

Les médicaments homéopathiques auraient des effets bénéfiques sur des symptômes plus ou moins bénins : troubles du sommeil, mal de dos, problèmes de peau… ou encore dans la lutte contre le tabac.

Cependant, il est important de définir le domaine d’action de l’homéopathie. Appréciée ou non des professionnels de la santé, cette discipline est tout de même reconnue depuis 1997 par le conseil de l’ordre des médecins et s’apparente aux médecines naturelles sans risque. On l’utilisera notamment dans un rôle de prévention mais elle ne peut en aucun cas, être envisagée comme traitement de fond.

L’homéopathie, dans l’idéal, conduirait les patients à l’automédication.

En effet, les médicaments homéopathiques sont généralement en vente libre, sans ordonnance. Malgré cela, la consultation d’un spécialiste est évidemment conseillée. Car même si l’homéopathie ne présente aucun effet secondaire, vous ne pouvez vous improviser docteur et faire vos propres prescriptions en vous fiant à vos intuitions et aux résultats obtenus sur d’autres personnes.

Pour trouver un bon médecin homéopathe, adressez-vous à votre pharmacien.

Les domaines où l’homéopathie a fait ses preuves

On le répète, il ne tient qu’à vous de croire en l’efficacité de l’homéopathie. De nombreux scientifiques ont mené des études pour étudier les effets de cette discipline et parfois les résultats se sont montrés probants. Les antis y voient la manifestation de l’effet placebo, il y a quand même de quoi douter.

Le Dr Gaucher, dermatologue et homéopathe, assure que « toutes les dermatoses chroniques peuvent être améliorées grâce à ça, pas guéries car il y en a qui ont des origines génétiques et font partie des choses qu’on ne peut pas traiter totalement. »

De nombreux témoignages attestent de l’efficacité de l’homéopathie contre l’acné notamment pour lutter contre le choléra au Pérou.

Les médicaments homéopathiques ont semble-t-il également fait leur preuve sur les grands consommateurs de tabac essayant de mettre fin à leur addiction.

Les reproches des antis-homéopathie

Les détracteurs de l’homéopathie contestent dans un premier temps la thèse de la similitude, qui n’a selon eux, rien de rationnel. L’autre grand sujet de débat concerne évidemment l’efficacité de la discipline.

Aucune preuve scientifique ne peut à l’heure actuelle, prouver que la part de matière première dans le médicament homéopathique est suffisante pour avoir une influence réelle sur le patient.

Les antis assimilent donc les résultats positifs de l’homéopathie à un effet placebo.

C’est pourquoi l’Académie nationale de médecine demande au Ministère de la Santé le déremboursement des médicaments homéopathiques. Pour l’instant elle a toujours fait face à un refus.

Qu’elle attire, qu’elle repousse ou qu’elle indiffère, l’homéopathie n’a pas fini de faire débat. Les progrès scientifiques des années à venir permettront peut-être de donner raison à un camp ou un autre. En attendant, le plus simple est se faire une idée par soi-même et d’échanger nos expériences avec la médecine douce la plus controversée du moment.

Alors à vos claviers !

Étiquettes de l’histoire
, , , ,
Plus de Adrien Serrière

Avoir de belles dents blanches, c’est une question de santé !

« Et n’oublies pas de te laver les dents ! » Combien...
Lire plus

9 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *