L’effet du venin de serpent en Homéopathie – Lachesis mutus

Le venin de serpent à faible dose

Le principe de l’homéopathie réside sur le fait  qu’une substance dangereuse pour la santé peut-être bénéfique à très faible dose. Le précurseur de la toxicologie, Paracelse, avait habitude de dire : « Tout est poison, rien n’est poison, seule la dose est poison ! »

C’est d’ailleurs le cas du venin de serpent Lachesis mutus, qui est beaucoup utilisé en homéopathie. A forte dose, il est mortel pour l’homme et à très faible dose, il doit prévenir certaines maladies.

Lachesis mutus est connu en homéopathie pour soigner les personnes qui souffrent d’hémorragies et les hématomes grâce a ses propriétés coagulantes sur le sang. En regardant cette vidéo, vous comprendrez mieux pourquoi !

Écrit par
Plus de Cédric

L’été est là, les moustiques aussi.

 Les piqures de moustiques nous à Montpellier on connait Cette nuit, je...
Lire plus

7 commentaires

  • Bonjour,

    attention à votre visuel de couverture, c’est un python royal et non un Lachesis mutus !
    Surtout que le python est un constricteur (étouffe ses proie) et donc dépourvu de venin 😉

    En tout cas +1 pour l’avancé de la recherche

    • Bonjour Max, tu es sur de cela ? Car quand je tape Lachesis mutus dans Google, toutes les images ressemblent à ce même serpent. Je veux bien te faire confiance, mais à quoi ressemble Lachesis mutus alors ? 😉

      Merci encore en tous cas.

  • Vous dite un chose et son contraire dans le même article :
    – « Le principe de l’homéopathie réside sur le fait qu’une personne malade peut être traitée par une substance produisant les mêmes symptômes que la maladie. »
    – « Lachesis mutus est connu en homéopathie pour soigner les personnes qui souffrent d’hémorragies et les hématomes grâce a ses propriétés coagulantes sur le sang. »

    Selon le (controversé) principe de similitude de l’homéopathie que vous évoquez, quelqu’un atteint d’hémorragie devrait se voir prescrire un produit qui cause des hémorragies, et donc pas un produit aux « propriétés coagulantes sur le sang« …

    Vous donnez des éléments qui pointent donc précisément à l’inverse de ce que vous entendez démontrer…

    • Bonjour Florent,
      Vous avez raison sur le fait que 2 idées se contrarient dans l’article. Il ne s’agit pas du principe de similitude dans ce cas présent, mais plutôt d’un autre principe utilisé en homéopathie et en toxicologie : une faible dilution.
      Comme Paracelse le disait justement et qui est vrai dans le cas présent : « Tout est poison, rien n’est poison, seule la dose fait le poison ! »
      Mais merci pour votre remarque pertinente, je vais tourner différemment la phrase pour éviter le contre-sens.

  • « une faible dilution » dites vous ?
    Quand la plus concentré des dilutions correspond à une goute de venin dans une piscine olympique, je crois qu’on peut parler de forte dilution 😉
    Quoi qu’il en soit, même après correction, je ne comprends toujours pas le rapprochement que vous faites avec l’homéopathie… L’impressionnante vidéo faisant l’objet de l’article ne peut illustrer que deux choses :
    – soit les références homéopathiques sont erronées et personne ne s’en ai rendu compte (!!!)
    – soit le principe de similitude, clef de voute de l’homéo, est sans fondement…
    Je crains qu’une simple reformulation de la phrase ne suffise à résoudre ce problème…

  • Oui super poster sur l’homéopathie, qui résume très bien le principe et tout le débat qui y est associé.
    Vous êtes très pertinent dans vos raisonnements, seriez-vous intéressé d’écrire un article sur l’homéopathie ou un autre sujet sur ce blog ? Entant que rédacteur invité pour nous faire part de vos intérêts ou nous expliquer ce qu’est la zététique.

    Cordialement,

  • Le principe de l’homéopathie n’a jamais pu prouver son efficacité contre placebo.

    C’est assez exotique et renforçateur sur le plan psychologique de mettre en avant le venin de serpent: bon marketing.

    Un scorpion eut-été moins attrayant ?…

    Et pourquoi pas proposer un extrait de drosera (petite fleur carnivore) ou une hyper dilution de la sueur d’un psychopathe pour potentialiser une sérénité bienveillante ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *