Vente de médicaments en ligne : il faut y aller maintenant !

Medicaments en ligne

Le e-commerce de médicaments en ligne permet un confort d'utilisation

nan

Médicaments en ligne sur Internet interdit en France.

Vous saviez ça ? Ce n’est pourtant pas le cas dans d’autres pays en Europe (en Grande-Bretagne par exemple). Une nouvelle exception française ? Les médicaments en ligne sont pour très bientôt, je le crains, et ceux même en France.

Vous me direz, les exceptions, ce n’est pas forcément mauvais (par exemple j’aime bien l’idée de ne pas manger des OGM matin, midi et soir).

Alors, la vente en ligne de médicaments, c’est bon ou c’est pas bon ?medicament sur Internet

Ce que j’y trouve de bien, c’est principalement son aspect financier : pas simplement parce que cela permettra d’acheter des médicaments moins chers (et ça, c’est déjà pas mal), mais aussi parce que cela pourrait développer la vente de médicaments génériques de manière bien plus importante qu’elle ne l’est aujourd’hui. Et ça, c’est vraiment bien à la fois pour nous (mangeurs de médocs), mais aussi pour nous (citoyens électeurs).

Car les médicaments génériques coûtent beaucoup moins chers et offrent par définition exactement le même service que leurs grands frères de marque. Moins de dépenses pour les particuliers donc, mais aussi moins de déficit pour la Sécurité Sociale. Et y’en a besoin je crois…

Mais au fait, pourquoi de vraies pharmacies en ligne auraient un impact sur la vente de génériques ?

Bon, là on est dans la projection, d’accord ? Mais, mon intuition est que lorsque la France acceptera enfin (et c’est inévitable) de les autoriser, les pharmacies en ligne vont se comporter comme tous les autres sites e-commerce et se bagarrer sur les prix. Je ne dis pas que le service, et l’innovation, et le marketing, et le sourire des entrepreneurs en herbe ne seront pas également importants. Pas du tout ! Mais, il est probable que le prix, dans sa féroce et transparente simplicité, sera le principal critère de succès des futures e-pharma.

Et qui dit prix bas, dit génériques. Parce que si vous demandez du MédicamentDeMarqueSuperChère pour soigner vos douleurs et qu’on vous propose un générique exactement pareil à la place pour 50% moins cher, il est probable que vous hésiterez moins longtemps qu’entre un sac Vuitton et un sac Tati.

Super donc, vive les pharmacies en ligne !

Alors, on la vote cette nouvelle législation ?

Ah, voilà, c’est la partie un peu douloureuse et technique, où les experts expertisent et pinaillent. Mais remarquez, je ne dis pas qu’ils ont tort. Non, non.

Ecoutons voir : la vente de médicaments en ligne engendre la prolifération des médicaments de mauvaise qualité (périmés, mal dosés) voire frauduleux (faux médicaments). Ce n’est pas une opinion, c’est un fait révélé récemment par une vaste opération de police menée à l’encontre de ces malotrus. Allez voir le site du ministère de l’économie : il vous parle de l’opération Pangea V.

Et oui, les officines qui vendent en ligne ne sont pas contrôlées sérieusement et régulièrement comme le sont les pharmacies de quartier. D’où la nécessité de telles opérations coup de poing.

Autre chose : il est difficile de contrôler les ordonnances lorsqu’on achète en ligne, et le risque de développement d’une auto-médication sauvage est réel.

Ok, on a compris. Les pharmacies en ligne c’est compliqué et ça peut coûter de l’argent pour encadrer tout ça. Mais ces pharmacies vont voir le jour, et c’est aussi sûr que la sortie d’un IPhone 6 sous 2 ans.

Rêvons un peu : la pharmacie en ligne de 2015

Votre ordinateur : « Bonjour madame, que puis-je pour vous ? »

Vous (vous parlez, plus besoin de clavier) : « Une boîte de SuperPil svp »

Votre ordinateur : « Je vous propose le SuperPal à la place si vous voulez, le générique du SuperPil. Il s’agit d’exactement la même molécule, et il est présenté de la même façon. Le SuperPal coûte 50 € la boîte, alors que le SuperPil coûte 80 €. Cela vous convient ? »

Vous : « Oui, oui, super ».

Votre ordinateur : « Quel est votre numéro de carte vitale svp ? »

Vous : « xxxxxxxx (numéro crypté confidentiel) »

Votre ordinateur : « Merci. Je viens de récupérer les données de votre ordonnance chargée par votre médecin traitant sur votre carte vitale. Tout est en règle. Nous vous envoyons votre commande dans une heure. A bientôt »

Vous : « Merci, au revoir. »

Billet de Mathieu Morio, de Comparatif Mutuelle Santé

Écrit par
Plus de Cédric

L’été est là, les moustiques aussi.

 Les piqures de moustiques nous à Montpellier on connait Cette nuit, je...
Lire plus

4 commentaires

  • La pharmacie en ligne est en effet en plein mouvement. Il existait déjà des pharmacies en ligne en Allemagne ou en Angleterre, c’est maintenant chose faite en France ou l’on va retrouver du médicament disponible sur Internet. Les pharmaciens vont surement devoir s’adapter mais j’ai vu que 33% des Français sont prêts a acheter les médicaments en ligne donc pourquoi pas ?

  • Bonjour, c’est clair que le plus compliqué ça va être d’éviter les trafics frauduleux mais pour le reste moi j’adhère. On est de moins en moins remboursé, alors la moindre des choses c’est qu’on puisse faire la démarche d’acheter là où c’est moins cher si c’est notre souhait. C’est quasiment impossible à l’heure actuelle de pourvoir comparer les prix entre les pharmacies physiques, sauf à avoir une journée à perdre à faire le tour de ce celles-ci.
    Moi je serais d’ailleurs également pour une mise en ligne des prix pratiqués par les différents pharmacies physique sur leurs médicaments et idem pour les médecins afin de savoir à quoi s’en tenir en ce qui concerne les dépassements d’honoraires pratiqués avant de se retrouver devant le fait accompli. On le fait bien pour l’essence, ça doit être applicable à d’autres secteurs

  • Et voilà l’arrêté encadrant cet e-commerce de médicaments, très strict afin de l’empêcher?!
    En espérant que votre plate-forme puisse s’adapter à ces contraintes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *